Le Spinelle

  DÉFINITION :

 Groupe des oxydes et hydroxydes. Minéral composé d’aluminate de magnésium.

 Système cristallin cubique. Cristaux octaédriques, également en masse.

 

 COULEURS ET VARIETES :

 Cette pierre existe dans presque toutes les couleurs, mais la plus prisée est un rouge voisin

 du rubis mais plus orangé. Ses substances colorantes sont le chrome et le fer.

 Les pierres importantes sont rares et les spinelles étoilés plus rares encore. La variété bleue

 est sensible aux températures élevées. La variété vert foncé allant jusqu’au noir opaque

 s’appelle « Ceylanite » ( d’après l’île de Ceylan ), mais une nouvelle appellation apparaît

 depuis quelque temps : « Pléonaste » en raison de ses nombreuses faces naturelles.

 La variété brune s’appelle « Picotite » (nom français)

 La variété orange se nomme « Rubicelle » (petit rubis)

 La variété rouge ou rose vif a longtemps été qualifié de « rubis balais » ou encore « rubis

 spinelle » deux appellations interdites.

 Il n’y a que 150 ans que les spinelles ont été reconnus comme groupe indépendant de

 minéraux. Ils ont été longtemps assimilés au groupe des rubis parce qu’ils se trouvent

 dans les gisements de rubis comme minéraux associés.

 

 CARACTÈRE ET TAILLE :

 Le spinelle a une dureté de 8, une densité de 3,58 à 3,61, un clivage imparfait et une fracture

 conchoïdale irrégulière.

                                                 

 GISEMENT ET HISTOIRE :

 L’origine du mot spinelle est incertaine, peut-être signifie-t-elle « étincelle » ou « pointe ».

 Le spinelle est un minéral accessoire des roches ignées telles que les gabbros.

 Dans les gisements alluvionnaires de : Birmanie, Sri Lanka, ou d’autres de moindre

 importance : comme Anatolie, ceux d’Afghanistan, Brésil,  Thaïlande, États-unis.

 Les deux plus gros spinelles jamais découverts sont des cristaux octaédriques roulés.

 Ils pèsent chacun 520 ct et sont exposés au British Muséum de Londres.